Skip to main content

Analytiques et numériques Entrevue

Accélérer la transformation numérique : FAQ de 60 secondes sur le système bancaire ouvert avec Saba Shariff

Symcor_Logo_KO
Symcor 23 novembre 2020
mobile hero image

Le magazine Open Banking Expo s’est entretenu avec Saba Shariff, chef du développement de nouveaux produits et de la stratégie de l’entreprise chez Symcor, à propos de l’écosystème bancaire ouvert du Canada. Désignée comme l’une des 50 femmes les plus influentes par Fintech en 2019, Mme Shariff discute de la vision à long terme du système bancaire ouvert au Canada et de la position avantageuse de Symcor pour faciliter la transition.

Q1 : Expliquez ce que vous faites en quelques mots.

Je suis à la tête des services de développement des nouveaux produits et de la stratégie de l’entreprise chez Symcor. Mes équipes et moi-même contribuons à élaborer notre stratégie d’ensemble et à diriger l’exécution du lancement de nos produits et services les plus récents. Nombre de ces nouveaux produits sont introduits par le biais d’une collaboration étroite avec nos clients, qui figurent parmi les entreprises de services financiers les plus importantes au Canada.

Q2 : Quelle place tient votre entreprise dans l’écosystème bancaire ouvert?

Symcor est une tierce partie de confiance, dont l’expérience lui permet de faciliter les collaborations entre les organisations et les industries les plus importantes du Canada. Dans ces conditions, nous sommes particulièrement bien placés pour soutenir les initiatives du marché qui permettent d’atteindre les objectifs du système bancaire ouvert parmi les participants, comme des échanges de données fiables et sécuritaires qui sont simples, rentables et omniprésents.

Q3 : Pourquoi avez-vous accepté d’intervenir à l’Open Banking Expo Canada?

C'est un sujet d'actualité pour nous, chez Symcor – nous pensons que c’est l’occasion idéale pour les participants de l’industrie et du marché de se rassembler dans le but de remédier aux besoins et objectifs fondamentaux du système bancaire ouvert  – des échanges de données sécuritaires, reposant sur le consentement du client et un abandon de la pratique de grattage d’écran.

Q4 : Quels sont les défis à relever avant que le Canada puisse mettre en place le système bancaire ouvert (finances axées sur les clients)?

Je n’en suis pas sûre, mais pour moi ces défis pourraient être les étapes nécessaires à suivre avant qu’une version plus définie du système bancaire ouvert puisse être mise en place au Canada. Cette approche implique de définir les « règles d’engagement » concernant le partage des données, les responsabilités parmi les divers participants. D'après moi, beaucoup d'éléments doivent être pris en compte dans ces définitions pour obtenir un compromis et passer à l'étape suivante.

Q5 : Quel a été l'impact de la COVID-19 sur votre stratégie de système bancaire ouvert, si tant est qu’il y en ait eu?

La COVID-19 a bouleversé les initiatives de nombreuses organisations. Mais quelque part, on peut dire qu’elle a accéléré les interactions numériques qui sont au cœur d’un écosystème bancaire ouvert – ce qui a à son tour accéléré notre attention et notre intérêt à soutenir nos clients dans leur cheminement vers la transformation numérique.

Q6 : Selon vous, quel est le calendrier de mise en place envisagé par l'industrie?

Le calendrier dépend quelque peu de l’approche adoptée au Canada – une approche de marché influencée par les participants et le soutien adéquats pourrait voir le jour dans l’année. Par contre, une approche plus axée sur la réglementation prendrait probablement plus de temps pour obtenir ce large consensus initial et définir les termes de la solution.

Q7 : Enfin, la question que tout le monde se pose : quand et si le système bancaire ouvert est mis en place, sera-t-il soumis à la réglementation, à l’innovation du marché ou aux deux?

Je pense que l’histoire du Canada abonde en innovations et collaborations menées par le marché – que ce soit parmi les grandes banques, ou les banques et les technologies financières. Nous avons certainement fait notre propre expérience de collaboration de marché chez Symcor – par exemple, le lancement de notre fonctionnalité sur la prévention de la fraude (COR.IQ). Cette initiative est le fruit d’une collaboration dirigée par Symcor et soutenue par les plus grandes banques du Canada pour exploiter des renseignements, des données et des analyses de données en réseau dans le but de combattre la fraude. Le Canada offre l’écosystème idéal pour que de telles collaborations soient possibles – et j’ai grand espoir que ce sera le cas pour le système bancaire ouvert. Imaginez comment une initiative de marché au Canada pourrait fournir une solution efficace et omniprésente qui serait également bénéfique à tous les participants dans cet environnement.