Skip to main content

COR.SPARK Entrevue

Chris Skinner au Sommet COR.SPARK 2019

Symcor_Logo_KO
Symcor 24 octobre 2019

Des médias grand public aux conférences TED en passant par les grands forums internationaux, Chris Skinner figure selon le Wall Street Journal parmi les 40 personnalités les plus influentes en technologie financière. Commentateur indépendant et auteur du blogue thefinanser.com, il a publié de nombreux ouvrages dont Digital Bank, Value Web et Digital Human. Passionné par les innovations numériques du secteur bancaire et l’économie parallèle des perturbateurs de la « fintech », il est le conférencier d’honneur de notre Sommet Innovation COR.SPARK 2019. Nous nous sommes entretenus avec lui des thèmes de sa conférence et des raisons qui expliquent que le secteur bancaire canadien semble mieux préparé que d’autres à la disruption numérique.

Symcor – Quels changements doivent privilégier les banques pour passer au numérique en restant humaines et ouvertes sur le monde ?

Chris Skinner – Les banques canadiennes ont la particularité d’être intégrées à l’Amérique du Nord sans faire partie des États-Unis. Elles évoluent donc dans un marché qui peut innover de façon plus rapide et plus ordonnée. C’est le Canada qui a implanté en premier les cartes à puce et les NIP, et son système bancaire a mieux résisté à la crise financière que ceux de la plupart des pays.

Les banques canadiennes doivent aujourd’hui mettre à profit les avancées observées à l’étranger, notamment les portefeuilles mobiles de la Chine et les progrès de l’identité numérique en Scandinavie.

Symcor – Quelle approche stratégique devraient adopter les dirigeants des banques ?

Chris Skinner – Ils doivent se sentir « envahis » par le numérique et se poser cette question clé : « Le numérique s’est-il infiltré dans tous les aspects de notre organisation ? » Si la réponse est non, il leur faut vite changer les choses.

La transformation numérique doit se répercuter partout, de la culture à la structure fondamentale de l’institution, sans jamais être vue comme un projet isolé.

Symcor – La fraude financière constitue désormais un secteur intégré à l’échelle planétaire. Les fraudeurs tirent parti des moindres failles de nos processus, politiques et ressources humaines. Pourquoi nos institutions restent-elles aussi vulnérables à la criminalité financière ?

Chris Skinner – La cybersécurité est un enjeu crucial, au Canada comme ailleurs, mais elle n’est toujours pas coordonnée au-delà des frontières où agissent les criminels.

L’argent blanchi par l’intermédiaire du système bancaire international atteindrait 2 billions $US par année. Pour vaincre la cybercriminalité, il nous faut grandement renforcer les systèmes mondiaux d’identification et d’authentification ainsi que nos normes de connaissance de la clientèle.

Symcor – Comment les technologies et les institutions financières doivent-elles promouvoir les partenariats indispensables à une meilleure expérience client ?

Chris Skinner – J’utilise la métaphore des relations parents-enfants. Les services financiers représentant les parents en quête de sécurité et de stabilité, tandis que les technologies financières incarnent leurs enfants qui veulent changer le monde et défier les conventions.

Les banques ont un important rôle de mentor à jouer dans ce nouvel univers de partenariat, de collaboration, de co-création et de collaboration. Elles ont une solide histoire, les capitaux et l’expérience nécessaires pour soutenir la vision, la passion et les idées des entreprises de technologie financière.

Latest Insights