Skip to main content

COR.IQ Article

Se connecter pour le bien commun et pour combattre la fraude

Symcor_Logo_KO
Symcor 05 mars 2020
mobile hero image

En mars de chaque année, le Mois de la prévention de la fraude est l’occasion d’une campagne nationale visant à sensibiliser consommateurs et entreprises à l’importance de détecter, rejeter et signaler les fraudes. Organisée par le Forum sur la prévention de la fraude, dont Symcor est un membre actif, cette campagne est présidée par le Bureau de la concurrence du Canada et 60 organismes représentatifs du gouvernement, du secteur privé, des autorités policières et des groupes de consommateurs ou de bénévoles.

Tout au long du mois, le Forum mettra en ligne des discussions et boîtes à outils pour informer les Canadiens des types de fraudes et de leurs signaux avertisseurs. C’est en effet la vigilance de chacun qui constitue la première ligne de défense. Mieux nous connaîtrons les stratagèmes des escrocs, mieux nous pourrons les détecter, les rejeter et les signaler pour protéger nos concitoyens et nos collectivités.

Situation de la fraude Canada

En 2019, le Centre antifraude du Canada (CAFC) a reçu plus de 46 000 signalements de fraude de la part de consommateurs et d’entreprises, pour des pertes totalisant 96 millions $. Mais les pertes réelles sont nettement supérieures puisque le CAFC estime qu’à peine 5 % des victimes se manifestent. Sans parler du choc émotionnel et psychologique qu’elles subissent et qui n’est pas pris en compte.

Parmi les escroqueries les plus courantes, la fraude d’identité « synthétique » est en pleine ascension. Elle consiste à dérober des données personnelles légitimes, puis à les combiner à de fausses informations pour créer un « consommateur synthétique » dont les fraudeurs utilisent le nom pour faire des achats ou obtenir prêts et cartes de crédit. « La création d’identités synthétiques est un grave problème qui sert aux criminels à faciliter différents stratagèmes », explique Ann Stevens, cheffe du renseignement et des enquêtes sur les fraudes chez Symcor.

Combattre la fraude à l’ère numérique

La criminalité financière ébranle la confiance des consommateurs à l’endroit des institutions avec lesquelles ils interagissent régulièrement : gouvernements, banques ou entreprises. Et cette érosion de leur confiance survient alors même que des acteurs hostiles perfectionnent leurs méthodes et renforcent leurs réseaux de coopération malveillante.

Forte de 30 années d’expérience en renseignement criminel auprès du secteur financier et des autorités policières, Ann Stevens explique comment le principe de Pareto, ou règle des 80/20, s’applique à la fraude : « Selon ce principe, 80 % des fraudes sont commises par 20 % de fraudeurs, généralement issus de groupes criminels organisés. Mieux nous comprendrons leur fonctionnement, mieux nous pourrons nous protéger des fraudes et réduire leur ampleur. »

Les fraudeurs agissent donc rarement en « silos », et nous devons aussi décloisonner notre action pour les combattre. En cette ère numérique, la lutte antifraude nécessite ainsi un nouveau paradigme de confiance pour supprimer les cloisons et régler rapidement et à grande échelle tout problème d’identification et de transaction. La plateforme COR.IQ vise à relever ce défi en unissant les forces de l’industrie autour d’une solution commune.

Symcor et COR.IQ : se connecter pour le bien commun

La plateforme COR.IQ permet à Symcor de mobiliser les forces du renseignement antifraude intersectionnel par le biais d’une alliance entre institutions financières canadiennes. Elle utilise des techniques d’analytique avancées, l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine pour produire des connaissances qui aident à prémunir les banques contre la fraude.

Face au recul de la confiance et au raffinement des tactiques frauduleuses, « notre industrie doit se connecter pour le bien commun et rétablir la confiance des consommateurs », insiste Anne Stevens.

« Nous devons adopter une double approche ascendante et descendante pour mieux collaborer, nous informer et éduquer les citoyens, poursuit-elle. Car des consommateurs qui savent se protéger réduisent les risques à l’échelle du secteur et des institutions qui détiennent leurs produits. Seul un secteur financier résilient et unifié pourra créer un solide environnement antifraude. »

Solution unique contre plusieurs types de fraude, COR.IQ aide le secteur à réaliser des gains d’efficience réciproques et à réduire ses pertes pour mieux rentabiliser ses investissements, tout en équilibrant expérience client et lutte antifraude.

Symcor se focalisera en mars sur les problèmes et tendances de la prévention des fraudes, de la modernisation des paiements à la fraude d’identité synthétique. Pour en savoir plus, aller à www.symcor.ca/mpf2020

Autres ressources :

Voir la liste des 10 fraudes les plus souvent signalées au Canada en 2019

Le petit livre noir de la fraude du Bureau de la concurrence du Canada